Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marche arrière toute, rétropédalage, enterrement de première classe, les locutions fleurissent à propos de ce qui devait être la grande réforme du quinquennat, avant le grand saut de 2017.

Le report du projet sonne le glas des espérances qu'il avait laissé entrevoir...

C'est la réforme qu'un gouvernement de droite n'aurait pas osé faire. Le Médef la saluait comme un progrès, la droite dispersée comme d'habitude attendait étonnée de cette audace, alors que pendant ce temps la fronde s'organisait ; Martine Aubry et ses copains frondeurs s'étranglaient, les syndicats chauffaient l'opinion, rejoints depuis peu par les syndicats étudiants, le peuple de gauche était en marche... Une pétition aurait recueilli près de 750 000 signatures contre ce projet, il est vrai qu'avec la forme des questions posées, le résultat ne pouvait pas être autrement.

Or, à ce stade de ce projet, il est intéressant de s'en rappeler la genèse et de suivre l'évolution du vocabulaire utilisé.

- En 2015, R. Badinter, dont personne ne peut contester les compétences ni sa fidélité à la gauche remettait au Gouvernement un rapport dépoussiérant et allégeant notre Code du Travail. Ce projet, bien accueilli, amena même F Hollande à déclarer que ce serait " le Code du Travail du 21 ème siècle".Il en avait bien besoin, sachez que l'édition Dalloz a triplé de volume et de poids en 25 ans, avec en 2015, 10 600 articles, et on en ajoute tous les jours; compte pénibilité ....

- Fin 2015, début 2016, El Khomri, nouvelle Ministre du Travail reprenait la patate chaude laissée par Rebsamen (Fine mouche). Vous remarquerez déjà que l'on ne parle plus de Réforme du Code du Travail, mais de réforme du Droit du Travail, ce qui en réduit considérablement la portée.

Ingénument, mais avec beaucoup de hardiesse, elle se lança dans l'arène; 52 articles qui concernaient: la durée du travail (fin des 35 H sans le dire), l'organisation du travail avec le référendum d'entreprise ( fin du monopole syndical), les heures supplémentaires, les conditions de licenciement, et les indemnités prudhommales...

Sentant que l'accouchement se ferait aux forceps, elle n'hésita pas à déclarer que le recours au 49/3 n'était pas exclu...Imprudence fatale, le Grand Mistigri voyant le danger déclara "qu'il n'y aurait pas de passage en force" et "que les grands acquis du Code du Travail ne serait pas remis en cause" C'était déjà un sérieux coup de semonce.

- Fin Février, début mars, l'enfant se présentait mal, et la naissance prévue le 9 Mars bien compromise. L. Berger, (CFDT) nouveau Vice Ministre du Travail demanda le report du projet et Valls sautant sur cette occasion le décida, au prétexte que ce nouveau délai permettrait "de lever les incompréhensions et de donner du temps à la concertation" Et déjà, le projet est devenu un simple projet de Loi sur le Travail, nouveau coup de rabot et esquisses de compromis...à la clé.

- El Khomri, désavouée, et voyant son futur bébé lui échapper fit un malaise "domestique " dixit l'Elysée, ayant peur des interprétations. En fait, elle aurait glissé sur une peau de banane laissée intentionnellement dans un couloir par des amis de l'Elysée, mais cette information n'est pas confirmée...

Nous en somme là au 7 Mars, la naissance est attendue pour le 24 Mars, la Saint Modeste, un prénom prédestiné. L'histoire n'est pas finie et la montagne se prépare à accoucher d'une souris.

Pauvre France.

Etienne Remaud

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0