Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La succession des affaires ( Cahuzac, Thévenoud, Fillon, Le Roux, Ferrand et les autres...) après l'affaire Tapie, si elle consterne l'opinion et dévalorise l'action politique a le mérite d'accélérer le processus de moralisation de la vie politique française.

Comme quoi le vieil adage" A quelque chose, malheur est bon" est toujours d'actualité.

Il semblerait, bien que la justice n'ait pas tranché définitivement sur toutes ces affaires, qu'elles ne soient pas illégales, c'est à dire, pas interdites par la Loi.

Car, la Loi, ( c'est à dire tout le dispositif réglementaire, juridique et législatif)  est une construction humaine pour permettre la vie en société, elle définit en fait ce qui est permis de ce qui est défendu.

Or, le "pas vu pas pris" est malheureusement un concept fort répandu dans notre société, rouler à 110 sur une route à 90 est passible d'une sanction et pourtant...Il suffit de ne pas se faire prendre les doigts dans le pot de confitures...

Mais est-il moral qu'un élu se serve de l'argent public pour améliorer sa situation personnelle et celle de sa famille et pour des montants qui choquent la majorité des citoyens ?

Est-il moral qu'un élu ( en conflit d'intérêts probable) réalise une très juteuse opération financière en quelques mois en jouant de son double statut et des facilités permises par la Loi ?

Ce qui est légal, n'est pas forcément moral.

Les violations de la morale et de l'éthique ne sont pas condamnables pénalement, mais peuvent apparaître comme immorales et indécentes aux yeux des citoyens qui rament pour gagner leur vie. Car, la morale est d'appréciation subjective alors que la Loi s'applique normalement à tous, stricto sensu.

Le jugement moral dépend des valeurs auxquelles on se réfère, s'il y a des valeurs universelles et incontestables de liberté, d'égalité, de fraternité, il en ait d'autres plus personnelles de justice ou d'équité par exemple, qui dépendent de notre famille d'origine, du milieu dans lequel on a vécu ou et de la religion pratiquée...Ce qui est considéré comme immoral par les uns, peut être considéré comme acceptable par les autres.

Il reste, que la Loi de moralisation de la vie publique ne résoudra pas tous les problèmes. "Avec des hommes imparfaits, la Société ne peut pas être parfaite", mais la Loi aura le mérite de ramener à la vertu les élus qui seraient tentés de se laisser aller à des arrangements avec la Loi.

La réduction du nombre de parlementaires et  la transparence totale sur les gains d'élus  sont une demande forte de l'opinion, la Loi sur la moralisation de la vie publique  sera peut être un premier et grand pas sur le chemin de l'exemplarité.

Etienne Remaud

 

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0