Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un jeune Président, ni de droite, ni de gauche, un premier Ministre de droite, et une équipe gouvernementale plurielle, en voilà du nouveau, mais pour le moment E Macron fait ce qu'il avait promis.

 Ce n'est pas une ouverture politicienne, à l'ancienne que E Macron continue d'écrire mais la construction d'un nouveau paysage politique, troublant au passage l'ordre établi des clivages gauche droite.

Autrefois, un Président plutôt de gauche nommait un Premier Ministre plutôt de droite que s'il y était contraint et cela donnait la cohabitation...Ce n'est pas le cas.  Habituellement, pour gouverner, le Président et le Premier Ministre nomment des Ministres de leur bord, ajoutant pour l'opinion publique quelques ministres ou secrétaires d'Etat, dits d'ouverture...Ce n'est pas le cas.

Emmanuel Macron tente là, vraiment autre chose, la création d'une de une Troisième voie qui devra gouverner face à deux oppositions de droite et de gauche. (Les clichés ont la vie dure).

La politique de la main tendue, à droite exclusivement, n'a pas donné les résultats escomptés, pas de gros poissons dans le filet mis à part les ralliés de dernière minute, les gros sont plutôt de gauche et là, E Macron n'avait que l'embarras du choix...

E. Macron n'est pas à la recherche d'une coalition type 4éme République, qui se constitue ou se désagrège au gré des alliances, mais veut une majorité absolue pour son mouvement La République en marche le 18 Juin. Les semaines qui viennent vont être déterminantes.

Au soir du 2ème tour des législatives, chacun fera ses comptes espérant pouvoir imposer à E. Macron, une coexistence.

En attendant, le Gouvernement devra s'installer, prendre connaissance des dossiers et préparer les législatives...

Un Gouvernement, qui si la parité hommes/femmes est respectée, est un mélange disparate de poids lourds de la politique, de ralliés de tous bords, de jeunes inexpérimentés et de novices de la société civile souvent inconnus du grand public.Ils devront en prenant leurs quartiers, apprendre à marcher ensemble, d'un même pas, se taire aussi, pour renier leurs engagements antérieurs ( Lemaire avec la CSG par exemple) et défendre la ligne politique définie. Le double salto arrière est une figure très risquée du patinage artistique comme en politique.

Mélange hétéroclite, addition de tempéraments différents, il en faudra du doigté, et de la fermeté au chef pour conduire cet attelage, notamment quand on connaît le caractère ombrageux de certains équipiers, Hulot par exemple, dont la souplesse n'est pas la première vertu...et mener ce qui n'est pas encore une équipe, à la victoire.

Les électeurs ont les rênes en mains, ce sont eux qui décideront du choix et de l'allure de ce nouvel attelage.

Etienne Remaud

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :