Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quel que soit le candidat à la magistrature suprême, oui assurément, et notamment si François Fillon l'emporte.

Martinez, notre moustachu national l'a clairement laissé entendre, "toute remise en cause des droits syndicaux est une déclaration de guerre"

Une première brèche a déjà été ouverte dans la forteresse syndicale, avec la Loi Travail d'El Khomri, subordonnant dans certaines conditions, les accords d'entreprise au référendum des salariés. Cette première avancée plébiscitée par l'opinion publique devrait être suivie par beaucoup d'autres, car, le "cocotier syndical a besoin d'être secoué" .Comment ne pas s'étonner que seulement 10% des salariés imposent leurs vues à l'ensemble du monde du travail avec une CGT qui ne représente que 3%, et, qui n'est pas la moins active ?

Car, qu'importe si des millions de français élisent un homme et un programme., en définitive sur ce terrain, c'est la CGT qui fera sa Loi...comme d'habitude. On se souvient de sa capacité de nuisances au printemps 2016, avec ses grèves à répétitions, menées par une armée d'agitateurs salariés dont c'est le métier et qui ne risquent rien. Croissance freinée, image déplorable de la France à l'étranger, chienlit insupportable, personne je l'espère n'a oublié.

Et, il faut savoir que cette Centrale Syndicale, qui a heureusement perdu sa place de leader en France, ne subsiste, surtout elle, que grâce aux subventions publiques - 116 millions en 2016 - subventions  qui croissent au fur et à mesure que les effectifs de ses cotisants diminuent... un comble.

Or, la CGT qui incarne un syndicalisme d'un autre temps, et qui fait preuve d'un archaïsme où la lutte des classes a encore toute sa place, campe sur ses positions, hostile à toutes réformes. "A croire que le malheur social est son fond de commerce et que sans chômage et sans chômeurs elle ne pourrait subsister".

C'est le défi qui se pose à tous les candidats à la Présidence, à tous ceux qui cherchent à changer quelque chose en France : Fillon/Macron et les autres...car, la CGT détient encore dans les Transports notamment plusieurs bastions stratégiques qui peuvent prendre le pays en otage.

 Réorganisation du pouvoir syndical, allègement du Code du Travail,  remise en cause du financement des Syndicats,  réforme du droit de grève pour que les libertés individuelles puissent toujours s'exercer " Liberté de circuler, liberté de travailler, liberté de s'exprimer",l''épreuve de force est inévitable.

Un beau et difficile chantier...

Etienne Remaud

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0