Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avec plus de 3,8 millions de participants et 4,38 millions au second tour de Dimanche dernier, la primaire de la droite et du centre a été un incontestable succès populaire.

Cette participation est un cruel démenti pour les quelques politiciens et politiciennes qui ont cru bon de ne pas croire à ce type de consultation, car, la grande famille de la droite, elle, y a cru...

Cette participation inespérée, et le score de son vainqueur montrent que les français ne sont pas fâchés avec la politique et les politiques, à condition qu' on leur propose un projet de changement cohérent.

En effet, la campagne électorale a été plutôt réussie, de bonne tenue, la ligne rouge de l'affrontement a quand même été frôlée à plusieurs reprises. Elle a mobilisé un électorat qui a su faire taire ses divisions pour un projet de société, et n'en déplaise aux socialistes et autres bobos parisiens, cet électorat n'était pas seulement le regroupement hétéroclite de la vieille bourgeoisie conservatrice française.

Dimanche soir, les exégètes de tous poils avaient beau se torturer l'esprit après la fermeture des 10228 bureaux de vote pour définir cet électorat qui échappaient aux clivages parisiens habituels, et tout était bon pour le dénigrer: conservateurs, cathos, réactionnaires, nantis de la classe moyenne, adversaires du mariage pour tous, défenseurs de l'ordre... Même une élue socialiste a fait allusion à une période révolue du fascisme pour le caractériser, "la réaction de la fascosphère" aurait elle dit (sic).

Président d'un bureau de vote de 9245 électeurs inscrits, j'ai vu venir voter un échantillon de la société qui m'est apparu bien représentatif de la population locale , employés, cadres, agriculteurs, artisans, commerçants, industriels, agriculteurs, fonctionnaires, retraités, quelques  jeunes et même quelques socialistes égarés...ce n'est pas la caricature que nous a été présentée, mais des personnes convaincues qui aspirent à un changement.

Le score du vainqueur François Fillon est tout aussi inespéré. Qui aurait parié, il y a seulement quelques semaines que le 3 ème homme éliminerait Nicolas Sarkozy, et écraserait l'hyper favori, Alain Juppé ? 

Le deuxième tour qui devait confronter les deux programmes, a vu l'image de Juppé se dégrader, consacrant l'essentiel de ses efforts à dénigrer son challenger, pendant que Fillon continuait d'expliquer son programme, réservant ses flèches au calamiteux gouvernent  socialiste, et l'électorat a tranché sans ambiguïté, 66/34 %.

Pendant que la gauche continue de se diviser, François Fillon a maintenant le champ libre pour réorganiser le Parti Républicain, comme le prévoit les statuts du parti, construire son équipe de campagne, et, et, se préparer en 6 mois à être le candidat d'une droite élargie à presque 20 millions de français, et cela c'est une autre histoire qui commence...

Etienne Remaud

 

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :