Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prix Renaudot 2015, Goncourt des Lycéens 2015, salué unanimement par les critiques littéraires avec des propos dithyrambiques, encensé même, au hit parade des ventes depuis plusieurs mois, plébiscité par les lecteurs, tout, pour donner envie de découvrir "D'après une histoire vraie" de Delphine de Vigan.

Delphine de Vigan est née le 1er Mars 1966 ( 5O ans) à Boulogne Billancourt, Scénariste et écrivain, elle vit de sa plume depuis 2007 après un emploi de cadre dans une société parisienne.

Ce n'est pas une débutante, car elle a été remarquée par la critique et un succès populaire en 2011 en publiant "Rien ne s'oppose à la nuit"( Référence à une chanson de Bashung "Osez Joséphine". Ce roman auto biographique, nous livre le portrait de sa mère décédée par suicide, ses démons et son terrible secret...C'est une enquête au cœur de la mémoire familiale, où se côtoient les souvenirs les plus lumineux et les secrets les plus enfouis.

Le succès populaire de ce livre (Plus de 300 000 exemplaires lors de sa parution) est en fait le prétexte au livre couronné dont je veux vous parler.

"D'après une histoire vraie" est le récit auto biographique et intimiste de la romancière qui se met en scène. Après le succès fulgurant de son précédent roman, Delphine de Vigan connaît le vide, la peur, la peur de la page blanche, car on l'attend...En panne de devoir se remettre à écrire.

"Ce n'est jamais facile de se remettre d'un échec, mais encore moins d'un succès" dit elle.

Et c'est là, que Delphine, en plein désarroi, exsangue, fragilisée, rencontre L, qui va la dévorer peu à peu "Elle s'est installée dans ma vie avec mon consentement par une sorte d'envoutement progressif"

Sans avoir l'air d'y toucher, Delphine de Vigan, installe son intrigue, la construit lentement, aussi solide qu'un thriller psychologique. La fin est véritablement haletante, tant on a envie de savoir. Laissons au lecteur le plaisir de savourer l'issue de ce roman mystificateur.

Après les excès de louanges, j'attendais sans doute trop de ce roman...

Delphine de Vigan est trop habile, trop rusée pour moi avec son écriture trop faussement simple, car la construction est trop alambiquée, avec des états d'âme qui finissent par lasser, un luxe de détails pour faire comprendre l'atmosphère, sans doute une approche trop féminine, pour le vieux misogyne que je dois être...

Etienne Remaud

Tag(s) : #J'ai lu

Partager cet article

Repost 0