Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi avoir eu envie pendant les vacances de relire un livre écrit il y a près de deux siècles ?

C'est Thomas Piketty dans une thèse "Le capital au 21 éme siècle" qui m'y a incité. Il démontre en s'appuyant sur des extraits du Père Goriot que " en mettant la main sur un patrimoine, par un bon mariage par exemple, il était possible d'atteindre un niveau de vie, beaucoup plus élevé et surtout beaucoup plus rapidement que par les études et le travail". ce qu'avait parfaitement compris avec réalisme et sans doute un peu de cynisme, Eugène de Rastignac, conseillé par Vautrin.

Ce qui était vrai au 19 éme siècle, l'est sans doute un peu moins maintenant, car la méritocratie a quand même heureusement progressé.

Or, quand on a 15 ou 16 ans, ce ne sont pas des démonstrations comme celle-ci qui nous interpellent et nourrissent notre imagination, et ce, quelle que soit la qualité de l'enseignant.

Revenons au roman d'Honoré de Balzac " Le Père Goriot"

Ce roman qui n'était au départ qu'un feuilleton, où, il fallait tenir en haleine le lecteur a été édité en livre en 1835, au milieu du 19 éme siècle, siècle d'un essor sans précédent du développement économique commercial et industriel.

Véritable forçat de l'écriture, car ii écrivait pour vivre et ses besoins en argent étaient immenses, Honoré de Balzac est mort à 49 ans. Le Père Goriot est l'œuvre phare de la Comédie Humaine, suite de romans dans lesquels les personnages continuaient de vivre.

Dans le Paris de la Restauration, Eugène de Rastignac, jeune homme ambitieux, mais désargenté, étudiant en droit à Paris, occupait une pension de famille, la pension Vauquer. Véritable société en miniature, dont l'organisation sociale était déterminée par le niveau de l'étage, plus l'étage était élevé, plus la misère était grande ( c'est l'inverse aujourd'hui).De multiples personnages, plus vrais que nature, se côtoient et se découvrent dans un microcosme morbide.

Eugène de Rastignac bien sur, dont l'ambition démesurée pervertira peu à peu la grandeur d'âme de son enfance .Il a vite compris que son éducation se ferait par les femmes" Il m'en faut une qui m'apprenne ce que vous autres femmes savez si bien expliquer: la vie".

Le Père Goriot qui a sacrifié sa vie pour ses deux filles est l'image pathétique de la passion paternelle et de la déchéance sociale.

Vautrin, personnage au passé mystérieux, on en sait un peu plus à la fin du roman, est le gourou d'Eugène de Rastignac, prodigue en bons conseils pour réussir son ascension sociale dans la vie parisienne.

La représentation de la société bourgeoise qui se construit par l'argent sur les décombres de l'aristocratie, ébranlée par la Révolution est d'un très grand réalisme, la construction littéraire à l'école du roman feuilleton renforce l'intérêt de l'intrigue.

On est loin, très loin du genre littéraire qui va être célébré par les prix prochainement, plus intellectuel, plus ampoulé, plus prétentieux souvent et plus suggestif, laissant au lecteur une apparente liberté...

Avec Balzac, le style est descriptif jusque dans le détail, on s'y croirait tant il sait restituer l'ambiance de l'époque, les personnages sont plus vrais que nature, au comportement clair et net, sans ambiguïté, et le lecteur ne s'essouffle pas tant la lecture est facile et l'intrique passionnante.

Voilà pourquoi, vous aimerez , comme moi, relire le Père Goriot.

Etienne Remaud

Tag(s) : #J'ai lu

Partager cet article

Repost 0