Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi les chefs d'entreprises n'embauchent-ils pas ? A en croire les médias et certains politiques, c'est parce qu'ils ne veulent pas. Pas du tout, pas du tout...

Tous les mois, depuis la venue de F Hollande au pouvoir, avec la montée inexorable du chômage, ce sujet revient sur le tapis.( 630 000 chômeurs de plus en 3 ans, + 16200 en Mai, soit 3,552 millions de personnes en France, et ce malgré les efforts de Pôle Emploi pour remplir sa mission et apurer les listes...)

Politologues et économistes se répandent en analyses et études pour expliquer ce phénomène dramatique, alors que dans les autres pays européens, l'emploi progresse et que l'on ne profite même pas de cette embellie.

Quels sont donc ces freins à l'emploi ? (Réponses de chefs d'entreprises)

- Le travail coûte trop cher, (En 2014, 34,60 euros de l'heure, 21,30 en Espagne, 35,40 en Allemagne ) Or, dans ce coût, ce ne sont pas les salaires versés qui sont trop élevés, mais les charges sociales, taxes et impôts qui sont les plus élevées d'Europe

- Le contrat de travail est trop difficile à rompre, Oui, c'est pourquoi, devant le manque de visibilité se développent surtout les contrats temporaires et contrats à durée déterminée CDD).

On ne règlera pas ce problème en limitant arbitrairement les indemnités prudhommales ( Un emplâtre sur une jambe de bois). Pourquoi pas créer le CDI à protection croissante (en supprimant tous les autres types de contrats) comme en Italie par exemple ?.

- Je croule sous les obligations administratives, L'édition 2015 du Code du Travail comporte 3689 pages et 8 000 articles, il y en avait 600 en 1975. Avec les effets de seuil, les obligations s'empilent, la dernière, le compte pénibilité, heureusement allégé. ( A noter: Dans le bâtiment et TP, 69 règlements pour la sécurité).

Robert Badinter, juriste éminent, de gauche, vient de relancer le débat en le réduisant à 50 articles fondamentaux. (Du type de la déclaration de l'homme et du citoyen de René Cassin).

Il y a là, pour les organisations paritaires,du grain à moudre ( André Bergeron FO) pour plusieurs années. Les syndicats pourraient utilement utiliser leur temps de délégation à cette reconstruction.

Tout cela est vrai bien entendu, mais l'essentiel n'est pas là:

Un patron n'embauche, ni licencie par plaisir. Il crée des emplois pour satisfaire les besoins des clients.Or quand il n'y a pas ou peu de demandes il est bien obligé de s'adapter...

Les entreprises petites ou grandes ont toutes un potentiel de productivité sous le pied inemployé, c'est pourquoi, il y aura une inertie à la reprise, et qu'il faudra plusieurs mois de croissance pour que la courbe du chômage s'inverse durablement.IL faut:

- d'abord que l'outil tourne à plein régime, flexibilité des 35 heures et heures supplémentaires libérées.

- et c'est seulement ensuite que suivront les véritables création d'emplois.

Pour que les chefs d'entreprises n'aient pas le pied sur le frein, mais sur l'accélérateur, ils ont surtout besoin de confiance dans l'avenir, de visibilité sur leur activité et de stabilité politique.

Etienne Remaud

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :