Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Question difficile, en discussion actuellement au Parlement, qui laisse d'autant moins indifférent que l'on avance en âge.

Sous J Chirac, une Loi dite Léonetti, du Député UMP et Cardiologue a été votée le 22 Avril 2005. Cette Loi considérée comme un modèle d'équilibre a inspiré bon nombre de pays européens. Elle proscrivait: toute obstination thérapeutique et acharnement médical et instaurait un droit au laisser mourir quand le patient refuse le traitement, ou l'a écrit dans ses directives anticipées.

Or, son application a posé de multiples problèmes entre les partisans de l'euthanasie, ou du suicide assisté et le corps médical, entrainant souvent des décisions de justice.

Les mentalités ont bien évolué, les pratiques réelles dans l'intimité familiale aussi, nos voisins européens, notamment Belgique et Pays Bas les plus avancés dans ce domaine, font que 92 % des français aujourd'hui sont d'accord pour aménager la fin de vie, estimant qu'il y a un droit à mourir dans la dignité.

Le projet de Loi en discussion," fin de vie apaisée" (A Claeys et J. Leonetti) est une des promesses de campagne de F Hollande. Il suscite de grands débats, entre les partisans de soins palliatifs améliorés, et les partisans de l'assistance médicalisée active à mourir. Il prévoit notamment, l'interdiction du suicide assisté, et de l'euthanasie, mais instaure un droit à une sédation profonde et continue jusqu'au décès du patient en phase terminale.

Or la sédation profonde n'est-elle pas qu'une forme déguisée de l'euthanasie ? Puisqu'elle est définie comme un traitement médicamenteux conduisant à une altération profonde et continue de la vigilance jusqu'au décès.

Les représentants des grandes religions monothéistes se sont émus avec raison de cette orientation. Ils demandent que soit préservée l'interdiction de tuer, que soit respectée la vie humaine, que ce n'est pas aux hommes de donner des brevets d'humanité, et de décider pour eux mêmes ou pour les autres.

En effet, les techniques des soins palliatifs ( sédation ponctuelle, avec l'intention de soulager les souffrances et les douleurs par une baisse de la vigilance du patient) et de l'accompagnement à la fin de vie ont beaucoup évolué et présentent, à mon avis, une alternative susceptible de concilier les enjeux moraux des patients et le souhait de chacun de connaître une fin de vie apaisée.

Le serment d'Hippocrate cher au corps médical serait encore d'actualité "Guérir parfois, soulager souvent, réconforter toujours"

Etienne Remaud

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0